Sofoot

Les notes de PSG-Nantes

logo de Sofoot Sofoot 05/12/2019 01:30:00 Simon Butel
© Fournis par Sofoot

Associés dès le coup d'envoi pour la première fois de la saison, Kylian Mbappé et Neymar ont pas mal tenté et un peu pataugé. Mais ils ont assuré, à la veille de la grande journée de grève nationale, un quinzième succès au Paris Saint-Germain emmené notamment par un Diallo serein et un Di María toujours au poil. Longtemps porté par Alban Lafont et Nicolas Pallois avant que le duo ne parte en vrille et offre un penalty sordide au PSG, Nantes a quant à lui manqué d'idées pour espérer tenir le nul plus d'une mi-temps.

Nicolas Pallois (7,6) : Un maillot jaune et vert sur les épaules, un short retroussé façon beach-soccer, des arabesques dans son propre camp, des montées rageuses... Arrêtez un peu avec Neymar, Marquinhos et Thiago Silva : le meilleur Brésilien ce soir venait d'Elbeuf, dans le 7-6. L'ami Nico a même poussé le vice jusqu'à taper une brésilienne sur la pelouse avec Alban Lafont, en fin de match. Qu'on lui file son passeport, et vite.
Ángel Di María (6) : On attendait beaucoup de Neymar. On attendait beaucoup de Mbappé. On attendait beaucoup de l'association Neymar-Mbappé. Oui, les deux compères ont planté. Mais on a surtout vu El Fideo filer le tournis à l'arrière-garde nantaise, se montrer décisif pour le sixième match consécutif (quatre pions, quatre passes dé) et rappeler à quiconque l'aurait oublié que le véritable patron offensif du PSG cette saison, c'est lui.
Andrei Girotto (Do Brasil) : Christian Gourcuff le verrait bien en équipe du Brésil ? À ce rythme, ça pourrait bien finir par arriver. Après tout, Jemerson a bien deux capes avec la Seleção. Et si ça peut éviter à Neymar de se prendre des boîtes à quarante mètres du but le long de la ligne de touche, c'est tout bénéf' pour la nation.
Kylian Mbappé (71) : Une première mi-temps à oublier, mais une Madjer déjà nommée dans la catégorie « plus beaux buts » de la prochaine cérémonie UNFP. Et qui lui permet d'égaler, avec 71 caramels sous le maillot parisien, un certain Carlos Bianchi. Mbappé est décidément un garçon pressé. Tellement pressé qu'il a quitté ses potes dès la 78e minute, remplacé par Icardi.
Neymar (85) : Terrible malédiction que celle qui frappe le Brésilien pourtant volontaire, disponible et buteur avant de se faire rattraper par la VAR : jamais, cette saison, il n'est parvenu à marquer avant la 70e minute de jeu. La stat' s'est encore vérifiée ce soir, avec un second but inscrit à la 85e minute seulement. Si ça peut aider Thomas Tuchel dans le choix de son onze de départ...
Alban Lafont (La forme) : Il a beau avoir un nom rappelant une marque de robinets, le portier nantais a longtemps fermé les vannes. Avant de céder devant le génie de Kylian Mbappé, et sur ce péno de Neymar. On a connu pires bourreaux. Quelle boulette ?
Abdou Diallo (6,5) : Thiago Silva s'étonne de ne recevoir aucune offre de prolongation de la part de la direction parisienne ? L'explication porte peut-être un nom : Abdou Diallo, épatant de sérénité derrière ce mercredi soir. D'accord, on en reparle en Champions.
Layvin Kurzawa (25) : Le temps d'une soirée, on a revu le latéral qui illuminait le flanc gauche monégasque et coûtait 25 bâtons en 2015. Du moins sa coupe de cheveux. Un premier pas vers la rédemption, assurément. Reste à retrouver cette foutue qualité de centre.
Abdoul Kader Bamba (4) : Le même prénom et le même poste qu'Abdoul Kader Keita, le nom et la maladresse actuelle de Jonathan Bamba. Il en faut un peu plus pour désarçonner la défense du PSG...
Julian Draxler (3) : S'il n'a pas cumulé suffisamment de points à sa retraite sportive, l'Allemand fera toujours un excellent vendeur d'ascenseurs. Ce n'est pas lui qui le dit, mais Neymar, douché par la VAR après avoir ouvert le score d'une superbe reprise du gauche. La faute à ce contact entre son équipier et Imran Louza, dans la surface. La lose.
Elie Youan (0,13) : Un yuan équivaut à 0,13 euro. Et un Elie Youan ? À environ 0,13 Kalifa Coulibaly. Oui, c'est peu. Il paraît que Waldemar Kita rêve de Kevin Gameiro ? Pas bête.
Edinson Cavani (3) : Après avoir passé une bonne partie de la soirée à se rouler les moustaches devant les loupés de ses petits copains de l'attaque parisienne, il a fini par sortir du banc à trois minutes de la fin du temps réglementaire. Assez pour croquer une énorme balle de 3-0, et justifier le choix de Thomas Tuchel d'en faire son numéro 3 en pointe.

5. joulukuuta 2019 3:30:00 Categories: RTBF Sofoot info - belgique

ShareButton
ShareButton
ShareButton
  • RSS
Suomi sisu kantaa
NorpaNet Beta 1.1.0.41819 - Firebird 3.0 WI-V6.3.4.32939

TetraSys Oy.

TetraSys Oy.