Liberation

Assistants parlementaires présumés fictifs : ces échanges privés qui accablent le RN

logo de Liberation Liberation 14/07/2019 17:00:00 Tristan Berteloot

Le service anticorruption de la police judiciaire continue ses investigations dans l'affaire concernant les assistants parlementaires du parti. Leur enquête s'appuie notamment sur des SMS entre l'un d'entre eux et le directeur de cabinet de Florian Philippot.

French Front National (National Front - FN) far-right party's President, European MP and presidential candidate for the 2017 election Marine Le Pen (L) stands next to FN vice-president Florian Philippot take part in a plenary session of the European Parliament marking the election of its new President  in Strasbourg, eastern France, on January 17, 2016. - The European Parliament elects a new president today in a vote that promises to be stormy after a coalition aimed at keeping eurosceptics out of power bro © FREDERICK FLORINFrench Front National (National Front - FN) far-right party's President, European MP and presidential candidate for the 2017 election Marine Le Pen (L) stands next to FN vice-president Florian Philippot take part in a plenary session of the European Parliament marking the election of its new President in Strasbourg, eastern France, on January 17, 2016. - The European Parliament elects a new president today in a vote that promises to be stormy after a coalition aimed at keeping eurosceptics out of power bro

Au Parlement européen, les mandats se suivent et se ressemblent pour le Rassemblement national. Alors que le parti d'extrême droite (ex-FN) vient de renouveler une partie de ses élus à l'issue des dernières élections, les enquêteurs de l'OCLCIFF, service anticorruption de la police judiciaire, continuent leurs investigations dans l'affaire de ses assistants parlementaires présumés fictifs. Celle-ci porte sur un possible système mis en place par la formation mariniste pour rémunérer avec des fonds européens des personnes travaillant en réalité pour le parti.

«Des courriers non lus par dizaines»

Le 8 juillet, ils ont entendu dans leurs locaux à Nanterre l'ancien collaborateur FN Mickaël Ehrminger, au sujet notamment de l'ancienne assistante parlementaire Mathilde Palix. Mickaël Ehrminger l'a remplacée en septembre 2016, lors de son congé maternité, quand elle travaillait pour Florian Philippot, à l'époque numéro 2 du Front. La jeune femme, aujourd'hui âgée de 35 ans, a été élue députée européenne en mai, sous le nom de Mathilde Androuët. Mais la police, mandatée par les juges Claire Thépaut et Renaud Van Ruymbeke, la soupçonne d'avoir occupé un emploi fictif au moment où elle travaillait pour Philippot.

Lors de son audition, Mickaël Ehrminger a raconté avoir découvert un bazar sans nom dans le bureau de Palix lorsqu'il a pris son poste en 2016. Cela laissant penser qu'elle ne «travaillait pas». «Sur la table, s'entassaient des courriers non lus par dizaines, des enveloppes avec dans certaines des chèques d'adhésion. Il y en avait même qui servaient de cale-pied», a raconté celui qui est aujourd'hui en rupture avec le parti. Il a ajouté que «l'adresse mail de Florian Philippot au FN débordait, avec 9 000 courriels non lus». Ce qui a fait tiquer les policiers.

Car, il y a huit mois, en novembre 2018, quand il a été entendu par l'OCLCIFF, le même Philippot avait expliqué que le suivi de sa correspondance faisait partie des tâches attribuées à Mathilde Palix au moment de son embauche. «Quand vous êtes député, vous devez gérer beaucoup de courriers, elle devait en particulier gérer le courrier, [.] les appels téléphoniques, les mails provenant de beaucoup de particuliers», avait-il dit, selon des procès-verbaux que Libération a pu consulter.

Ce que ne savait pas Philippot à l'époque, c'est que les enquêteurs appuient une partie de leurs investigations sur la base de la très riche correspondance de celui qui était alors son directeur de cabinet, Joffrey Bollée. On y trouve notamment des dizaines de SMS entre lui et Mickaël Ehrminger, dont ce message, qui a en partie fuité dans le Monde mi-juin : «Hombeline du Parc [alors responsable ressources humaines au FN, ndlr] m'a dit que le Parlement européen vérifiait de plus en plus l'activité des assistants européens. C'est vrai ? Si c'est le cas je suis dans la merde, je n'ai aucune «preuve de travail» dont elle m'a parlé. Puisque je reprends les missions de Mathilde [Palix] qui sont inexistantes. Je ne rédige aucune note européenne pour Flo[rian Philippot], je n'ai pas accès à ses mails européens.» Réponse de Bollée : «[Idiot], cesse d'écrire ça par SMS !»

Flouter les tâches dévolues aux assistants parlementaires

«J'envoie le message quelques jours après ma prise de fonction, pour alerter Joffrey sur mes inquiétudes quant à la nature des tâches qui me sont confiées. En tant que directeur de cabinet, il était à l'époque mon supérieur hiérarchique», précisera à Libération l'ancien assistant parlementaire.

Pendant son audition à l'OCLCIFF, Mickaël Ehrminger a également été questionné au sujet de ses deux contrats de travail, pour la période du 1er septembre 2016 au 31 janvier 2017. Tous les deux à durée déterminée, tous les deux à mi-temps. Le premier concernait un emploi de 9 heures à midi toute la semaine pour le FN, et le second un job pour le Parlement européen, en tant qu'assistant parlementaire local, de 14 heures à 17h30. Avec, à chaque fois, la même rémunération, à savoir 1948,50 euros brut mensuels, et le même lieu d'exécution, le siège du FN (devenu RN), à Nanterre. Les policiers soupçonnent le parti d'extrême droite d'avoir volontairement cherché à flouter les tâches dévolues aux assistants parlementaires, pour compliquer le travail d'éventuels enquêteurs. Depuis le début de l'affaire en 2015, les dirigeants de l'ex-FN ont toujours nié avoir «enfreint quelconque règle». Mise en examen pour «détournements de fonds publics», sa présidente, Marine Le Pen, réduit l'histoire à une espèce de rébellion «antisystème» : «Et alors ? [les attachés parlementaires] ont fait de la politique avec leur député, c'est sûr, ils n'ont pas fait le travail pour l'Union européenne !» a-t-elle dit par exemple en mars.

«Je n'ai jamais travaillé pour le Parlement européen, a confirmé Ehrminger aux enquêteurs l'OCLCIFF. Mais les assistants parlementaires n'étaient pas totalement en situation d'emplois fictifs pour autant, ils travaillaient vraiment. Ce qu'il y a, c'est qu'ils le faisaient pour le parti uniquement. C'est seulement sur ce point qu'il s'agissait d'emplois fictifs.»

«Je suis le seul à vraiment travailler»

Selon une autre correspondance, que Libération a pu lire, Mathilde Palix-Androuët a bien été associée à la fin de l'été 2016 à des échanges concernant «l'organisation de sept conventions thématiques» organisées jusqu'en décembre 2016 dans le cadre du «programme présidentiel de la candidate Marine Le Pen», pas encore déclarée. On est loin, très loin du Parlement européen. Mickaël Ehrminger s'inquiétera d'ailleurs de reprendre ces missions, encore une fois auprès de Joffrey Bollée : «Sur les heures de mon contrat "PE" [pour Parlement européen], je vais organiser des événements de campagne de Marine Le Pen en utilisant le matériel du Front», s'étonne-t-il dans un texto.

Fin décembre, Joffrey Bollée échangera avec Mickaël Ehrminger : «De tous ses assistants [de Florian Philippot], je suis le seul à vraiment travailler. Les autres, notamment Palix, ne valent rien». Puis, plus tard, au sujet d'un article de Mediapart évoquant le «système» mis en place : «On a l'impression que Florian est au centre de tout, alors que c'est le seul qui n'a pas été entendu par la police. Grâce à moi qui aie protégé tout le monde avec des doubles contrats.»

AUSSI SUR MSN: Les infos de 12h30 - De Rugy devrait "donner la liste de ses invités", suggère Le Pen

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

14. heinäkuuta 2019 20:00:00 Categories: France 24 Liberation

ShareButton
ShareButton
ShareButton
  • RSS
Suomi sisu kantaa
NorpaNet Beta 1.1.0.41819 - Firebird 3.0 WI-V6.3.4.32939

TetraSys Oy.

TetraSys Oy.