L'Express

Tchernobyl : 35 ans après la catastrophe, une hausse de la radioactivité qui inquiète

logo de L'Express L'Express 17/05/2021 09:48:56 lexpress.fr

Les scientifiques ont remarqué une activité anormale dans les débris de la centrale nucléaire, sous le sarcophage du réacteur numéro 4.

Des hommes achètent des souvenirs et du café dans un stand de souvenirs au point de contrôle de Dytyatky, à l'entrée de la zone d'exclusion de Tchernobyl, le 13 avril 2021, à l'approche du 35e anniversaire de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl © Sergei SUPINSKY / AFPDes hommes achètent des souvenirs et du café dans un stand de souvenirs au point de contrôle de Dytyatky, à l'entrée de la zone d'exclusion de Tchernobyl, le 13 avril 2021, à l'approche du 35e anniversaire de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl

"Comme les braises d'un barbecue". La situation à Tchernobyl préoccupe la communauté scientifique, 35 ans après la catastrophe, et notamment Neil Hyatt, chimiste spécialiste des matériaux nucléaires à l'université de Sheffield. Dans la revue Science, il alerte, avec d'autres scientifiques, sur une activité anormale dans les débris de la centrale.

Les réactions de fission semblent s'accélérer sous les décombres du réacteur numéro 4, celui qui a explosé le 26 avril 1986 au cours d'un test de sûreté. Les scientifiques ukrainiens y constatent une augmentation lente mais ininterrompue de l'émission de neutrons. "Aujourd'hui, les scientifiques ukrainiens s'efforcent de déterminer si les réactions s'arrêteront d'elles-mêmes ou si des interventions extraordinaires seront nécessaires pour éviter un autre accident", précise la revue scientifique.

LIRE AUSSI >> Catastrophes de Tchernobyl et Fukushima : les 7 différences

La pièce inaccessible, nommée 305/2, située sous le réacteur, contient des tonnes de matériaux (sable, argile, plomb...) contenant du combustible fondu. Déversés depuis les airs pour tenter d'étouffer la réaction, ces derniers ont fini par se fondre en un magma radioactif, nommé corium, qu'il a fallu à tout prix contenir pour éviter une contamination environnementale.

Un risque d'accident

Concrètement, si les réactions de fission incontrôlées ne sont aucunement inédites, elles font planer la menace d'un nouvel incident. Le spectre de la fission dite criticité, dans les ruines nucléaires, a longtemps hanté Tchernobyl, souligne la revue. "Il reste beaucoup d'incertitudes, mais nous ne pouvons pas écarter la possibilité d'un accident", a déclaré Maxim Saveliev, de l'Institut pour les problèmes de sécurité dans les centrales nucléaires de l'Académie des sciences ukrainienne.

LIRE AUSSI >> A Tchernobyl, un dôme monumental et quelques inquiétudes

La crainte ici, est que cet accident, s'il devrait être contenu par les structures en place, n'endommage encore plus le sarcophage, fissuré et instable, qui a été construit après la catastrophe pour étouffer les matières hautement radioactives. Ce sarcophage n'étant pas étanche, les fortes pluies font parfois grimper en flèche le nombre de neutrons, augmentant ainsi leurs chances de frapper et de fendre les noyaux d'uranium.

Pour y remédier, une arche d'acier étanche a été installée fin 2016 au-dessus du réacteur accidenté et mise en service en 2019. Elle n'a pourtant pas empêché une activité radioactive inquiétante dans le réacteur numéro 4. Par ailleurs, si le premier sarcophage était complètement détruit, toute l'arche serait alors contaminée et radioactive ce qui rendrait encore plus compliquées la surveillance et la gestion de la centrale.

lundi 17 mai 2021 12:48:56 Categories: L'Express

ShareButton
ShareButton
ShareButton
  • RSS
Suomi sisu kantaa
NorpaNet Beta 1.1.0.18818 - Firebird 5.0 Initial LI-T6.3.0.40

TetraSys Oy.

TetraSys Oy.