leJDD

Coronavirus : pourra-t-on se faire vacciner sur son lieu de vacances cet été?

logo de leJDD leJDD 17/05/2021 07:21:49 Mathilde Durand
A l'approche des vacances estivales, le gouvernement précise ses préconisations pour la campagne de vaccination. La règle étant de recevoir la première et deuxième dose du vaccin au même endroit, sauf "exception" en cas "d'impératif". © Reuters

A l'approche des vacances estivales, le gouvernement précise ses préconisations pour la campagne de vaccination. La règle étant de recevoir la première et deuxième dose du vaccin au même endroit, sauf "exception" en cas "d'impératif".

Objectif atteint. A quelques jours d'une nouvelle étape de déconfinement en France, la campagne de vaccination se poursuit. Dimanche, 20,3 millions de personnes ont reçu une première injection de vaccin anti-Covid et 8,8 millions deux doses, conformément à l'objectif de la mi-mai souhaité par le gouvernement. Une nouvelle dont s'est félicitée le Premier ministre Jean Castex, sur Twitter saluant l'engagement "et la mobilisation exceptionnelle" des acteurs de la campagne. Et appelant les Français pas encore vaccinés à sauter le pas. Mais à l'approche des vacances d'été, la question du lieu d'injection se pose pour les candidats.

Lire aussi - INFOGRAPHIE. Avec la vaccination, l'heure est au déconfinement chez nos voisins européens

Les Français doivent "s'adapter". Mardi, la consigne du ministère de la Santé était claire : les Français doivent "s'adapter" en rendant compatible leurs dates de vaccination et de départ en vacances, la règle étant de recevoir la première et la deuxième dose de sérum au même endroit. Concrètement, "prendre sa deuxième dose dans un autre endroit où on va aller passer ses vacances (...) doit être l'exception", en cas d'"impératif", pour ne pas entraîner une "désorganisation", a indiqué le ministère de la Santé. Une préconisation rappelée par Alain Fischer, professeur d'immunologie et président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale dans une interview à la Voix du Nord, qui évoque des "raisons logistiques".

"Booster" l'injection de la première dose. Dans la réalité, la campagne de vaccination va être adaptée pour prévoir des doses supplémentaires dans les zones touristiques, afin d'anticiper les mouvements de population. Pour les injections de premières doses, en revanche, une "réflexion" est en cours avec les Agences régionales de santé concernées afin d'"imaginer des formes de vaccination qui soient un peu 'boostées' dans les lieux touristiques", indique le ministère. Dans un entretien au Parisien le 10 mai dernier, le Premier ministre Jean Castex lui-même appelait à se faire vacciner "y compris sur un lieu de vacances". Il a réitéré le message vendredi, en déplacement dans le Gers : "Que les gens n'hésitent pas à se faire vacciner sur leur lieu de villégiature", a-t-il insisté.

Les métropoles maintiennent le rythme. Dans les grandes villes, les centres de vaccination sont invités à maintenir le rythme tout l'été, malgré les congés éventuels des vaccinateurs. Des "plans de continuité d'activité" sont en train d'être mis en place, a précisé le ministère de la Santé.

Délai à respecter. Avant le départ en congé, il convient de rappeler les délais entre deux injections. Pour les vaccins Pfizer et Moderna, il faut attendre six semaines entre les deux injections. Quant au vaccin AstraZeneca, l'écart entre les deux doses est de 12 semaines. Quelques adaptations à la marge restent possibles. "Si vous avez reçu de l'AstraZeneca, la durée idéale entre deux doses est de douze semaines, conseille Alain Fischer dans les colonnes du quotidien du Nord. Si vous poussez à 13 ou 14, il n'y a aucun souci. Pour les vaccins à ARN messager, il vaut mieux raccourcir le délai à quatre ou cinq semaines, plutôt que de l'allonger à sept ou huit". 

Lire aussi - La vaccination ouverte à tous les adultes avant le 15 juin?

Pourquoi c'est important? L'exécutif souhaite maintenir la cadence de la campagne vaccinale, malgré les vacances estivales. D'autant qu'à partir du 15 juin - échéance qui pourrait être avancée -, tous les adultes pourront se faire vacciner et qu'à cette date, l'objectif de 30 millions de primo-vaccinés est envisagé. Autre enjeu : la réussite du déconfinement progressif. La vaccination est un outil pour "changer la donne" et éviter une nouvelle vague épidémique. "L'immunité collective ne sera atteinte que lorsqu'on aura réussi la vaccination et réduit au minimum la circulation du virus", a rappelé le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, dans le JDD.

lundi 17 mai 2021 10:21:49 Categories: leJDD

ShareButton
ShareButton
ShareButton
  • RSS
Suomi sisu kantaa
NorpaNet Beta 1.1.0.18818 - Firebird 5.0 Initial LI-T6.3.0.40

TetraSys Oy.

TetraSys Oy.