Liberation

Solidarité avec l'Observatoire de la laïcité

logo de Liberation Liberation 9/04/2021 05:30:00 Plus de 60 universitaires, chercheurs et chercheuses internationaux
Jean-Louis Bianco, président de l'Observatoire de la laïcité jusqu'au 1er avril 2021, en avril 2017. © Patrick KovarikJean-Louis Bianco, président de l'Observatoire de la laïcité jusqu'au 1er avril 2021, en avril 2017.

Nous sommes des universitaires, des chercheurs et chercheuses en sciences humaines et sociales de différents pays. L'étude de la civilisation française fait partie de notre enseignement. La laïcité, telle qu'elle a été élaborée et établie en France par la loi de séparation des Eglises et de l'Etat, proclamant la liberté de conscience, le libre exercice des cultes et l'égalité des convictions grâce au refus de toute religion officielle, et son histoire depuis plus de cent ans, constituent un fleuron de cet enseignement. Les cours portant sur ce sujet suscitent toujours beaucoup de discussions au sein de notre auditoire et la comparaison de la laïcité existant en France et dans nos pays respectifs alimentent de riches débats. A ce titre nous avons suivi avec attention les activités de l'Observatoire de la laïcité, dont ses publications ont fourni à la plupart d'entre nous une très précieuse documentation. Les principes développés par cet organisme nous semblent représenter le meilleur de la civilisation française, affrontant, avec réflexivité et sang-froid, une situation rendue difficile par des radicalismes de tous bords et menant une action rigoureuse de formation.

Nous apprenons que des menaces de non-renouvellement pèsent actuellement sur l'équipe dirigeante de l'Observatoire et nous en sommes d'autant plus inquiets que cela s'inscrit dans un contexte international de développement d'autoritarismes politiques. Nous considérons que, si cette mesure se confirmait, l'image de la France auprès de l'élite intellectuelle de nos pays en serait affectée. Une semblable décision pourrait faire penser que la peur prend le pas sur le respect des principes essentiels des droits humains. Nous tenons donc à manifester notre entière solidarité avec l'Observatoire de la laïcité et notre souhait ardent qu'il puisse poursuivre une mission dont nous sommes, tout comme de nombreux Français, les bénéficiaires.

Signataires : Murat Akan, maître de conférences, sciences politiques, université de Bogazici, Istambul (Turquie) ; Dimitri Almedia, chercheur à l'université de Göttingen (Allemagne) ; Alexis Artaud de La Ferrière, Senior Lecturer en sociologie, université de Portsmouth (Royaume-Uni) ; Paola Bacchetta, professeure, études de genre, université de Californie Berkeley, (Etats-Unis) ; Souleymane Bachir Diagne, professeur à l'université Columbia, New-York (Etats-Unis) ; Jim Beckford, professeur émérite de l'université de Warwick, président honoraire de la Société internationale de sociologie des religions (Royaume-Uni) ; Kmar Bendana, professeur d'histoire contemporaine à l'université de la Manouba (Tunisie), chercheuse associée à l'Institut de recherche sur le Maghreb contemporain ; Leila Benhadjoudja, professeure adjointe de sociologie, université d'Ottawa (Canada) ; Edward Berenson, professeur d'histoire européenne, université de New-York (Etats-Unis) ; Roberto Blancarte, professeur-chercheur à El Colegio de Mexico (Mexique) ; Mouloud Boukala, professeur à l'Uqam (Québec, Canada) ; John Bowen, professeur en anthropologie, université de Washington, Saint-Louis (Etats-Unis) ; Benjamin Claude Brower, professeur associé, université du Texas, Austin (Etats-Unis) ; Marcelo Camurça, directeur d'études à l'université fédérale de Juiz de Fora et chercheur au Centre national de développement scientifique et technologique (Brésil) ; Pauline Capdevielle, chercheuse, Institut d'études juridiques, université autonome du Mexique, Louis Léon Christians, professeur à l'université de Louvain, chaire «Droit et religion» (Belgique) ; Kiyonobu Date, maître de conférences à l'université de Tokyo, civilisation française (Japon) ; Zana Citak, maître de conférences en relations internationales à l'université technique du Moyen-Orient, Ankara (Turquie) ; Fulvio Conti, historien, président de l'Ecole des sciences politiques «C. Alfieri» de l'université de Florence (Italie) ; Chris Doude van Troostwijk, professeur à l'université libre d'Amsterdam (Pays-Bas) et à la Luxembourg School of Religion & Society, Alessandro Ferrari, juriste, professeur, université de l'Insubrie (Italie) ; Felipe Gaytan, chercheur à l'université de Guadalajara (Mexique) ; Daniel Gutierrez-Martinez, professeur-chercheur, El Colegio Mexiquense (Mexique) ; Cristina Gutierrez Züniga, professeure à l'université de Guadalajara (Mexique) ; Len d'Haenens, professeur, Institut d'études des médias, université de Leuven (Belgique) ; Daniela Heimpel, chercheuse au Cerium, université de Montréal (Québec, Canada) ; Irène Herrmann, professeure à l'université de Genève (Suisse) ; Hans Joas, professeur à l'université d'Humbold, vice-président de l'Association internationale de sociologie (Allemagne) ; Aissa Kadri, professeur honoraire, ancien directeur de l'Institut Maghreb-Europe, Paris-VIII ; Ramazan Kilinc, professeur de science politique, université du Nebraska Omaha (Etats-Unis) ; Matthias Koenig, professeur à l'université d'Heidelberg, Max Weber Institut für Soziologie (Allemagne) ; Ahmet T. Kuru professeur de sciences politiques, université de San Diego (Etats-Unis) ; André Laliberté, professeur à l'Ecole d'études politiques, université d'Ottawa (Canada) ; Richard Marcoux, professeur au département de sociologie, directeur de l'Observatoire démographique de l'espace francophone (ODSEF) à l'université Laval, (Québec, Canada) ; Kazuo Masuda, professeur émérite, études européennes, université de Tokyo (Japon) ; Abdelwahed Mekki Berrada, professeur d'anthropologie, université de Laval (Québec, Canada) ; Sofian Merabet, professeur en anthropologie, université du Texas à Austin (Etats-Unis) ; E. Martin Meunier, professeur, chaire de recherches sur le monde francophone, université d'Ottawa (Canada) ; Andrea Meza Torres, chercheuse à l'université autonome, Unidad Iztapalapa, Mexico (Mexique) ; Micheline Milot, professeure de sociologie à l'Uqam (Québec, Canada) ; Nobutaka Miura, professeur émérite à l'université Chuo de Tokyo (Japon) ; Mariana Molina Fuentes, coordinatrice de la chaire extraordinaire Benito Juàrez, université autonome du Mexique, Molokotos-Liederman, chercheuse à l'Institut Woolf, Cambridge (Royaume-Uni) ; Roberto Motta, université fédérale du Pernambouc à Récife (Brésil) ; Mohammed Mouaqit, professeur honoraire à l'université Hassan II (Maroc) ; Jean de Munck, professeur à l'université de Louvain (Belgique) ; Matthieu de Nanteuil, professeur de sociologie à l'université de Louvain (Belgique) ; Fatma Oussedik, professeure à l'université d'Alger (Algérie) ; Victor Hugo Pacheco Chavez, chercheur à l'université autonome du Mexique, Madeleine Pastinelli, professeure de sociologie à l'université de Laval (Québec, Canada) ; Michele Saporiti, chercheur à l'université Bicocca de Milan (Italie) ; Matthias Smalbrugge, professeur de culture européenne, VU University, Amsterdam (Pays-Bas) ; Hugo José Suàrez, chercheur à l'Institut de recherches sociales, université autonome du Mexique ; Vincent Romani, professeur de science politique, Uqam (Québec, Canada) ; Faou Sow, sociologue, chercheuse au CNRS (Sénégal) ; Saaz Taher, sociologue, université de Montréal (Québec, Canada) ; Hiroki Tanaka, histoire religieuse, université de Tokyo (Japon) ; Hanétha Vété Congolo, département de littérature, Bowdoin College (Etats-Unis) ; Helena Vilaça, professeure de sociologie, université de Porto (Portugal) ; Bob White, professeur à l'université de Montréal (Québec, Canada) ; Yassine Zouari, professeur à l'université de Tunis.

9. huhtikuuta 2021 8:30:00 Categories: Liberation

ShareButton
ShareButton
ShareButton
  • RSS
Suomi sisu kantaa
NorpaNet Beta 1.1.0.41819 - Firebird 3.0 WI-V6.3.6.33265

TetraSys Oy.

TetraSys Oy.