Liberation

Burkina Faso: «Si l'on ne vote pas, rien ne changera»

logo de Liberation Liberation 22/11/2020 20:36:49
Dans un bureau de vote à Ouagadougou, ce dimanche. © Sophie GarciaDans un bureau de vote à Ouagadougou, ce dimanche.

C'est dans un contexte sécuritaire fortement dégradé que les Burkinabés ont fait leur choix au sein d'une classe politique si peu renouvelée.

«C'est ici qu'on vote ? C'est ma première fois, je ne sais pas comment m'y prendre», laisse échapper Djamilatou, le regard hésitant. A 21 ans, elle participe à sa première élection. La deuxième au Burkina Faso depuis la chute de l'ancien président Blaise Compaoré en 2014, à la suite d'un soulèvement populaire après vingt-sept ans au pouvoir. Ce dimanche, jour des élections générales, c'est dans un contexte sécuritaire fortement dégradé que les Burkinabés doivent faire leur choix au sein d'une classe politique si peu renouvelée. Des treize candidats à la présidentielle, la plupart ont été ministres sous Compaoré ou cadres de sa plate-forme politique, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Et c'est sous une étroite protection que le président sortant Roch Kaboré du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a voté ce dimanche matin. Deux candidats principaux s'opposent à lui : le chef de file de l'opposition, Zéphirin Diabré, Union pour le progrès et le changement (UPC), ancien ministre des finances de Compaoré, et Eddie Komboïgo, le candidat d'un CDP désormais parti d'opposition.

Le mandat de Kaboré a notamment été marqué par l'émergence et l'expansion de groupes armés, qui continuent de s'étendre sur le territoire, dont un tiers est désormais placé sous état d'urgence. «Deux semaines après que Roch a pris le pouvoir fin 2015, les jihadistes ont frappé le café Cappuccino et tué 30 personnes en plein cour de Ouagadougou. Depuis, la situation sécuritaire n'a fait que se dégrader», constate, Madi, la trentaine. Les attaques jihadistes ont fait 1 600 morts, et déplacé plus d'un million de Burkinabés ces cinq dernières années.


Vidéo: Présidentielle au Burkina : les votes sont comptés (AFP)

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Pour certains, l'expansion des groupes jihadistes sous le gouvernement de Kaboré remet en cause non seulement son bilan sécuritaire mais aussi le principe même d'alternance démocratique. «Kaboré refuse le dialogue avec les jihadistes, mais pour avoir la paix, il faut négocier», martèle Madi. «Même dans les films américains au final ils négocient», renchérit Aziz, un mécanicien de 35 ans, originaire de Gourcy au nord du pays particulièrement touché par les attaques jihadistes. «Si Compaoré était resté, peut-être qu'il n'y aurait pas eu tant de morts provoqués par les jihadistes. Ceux qui ne sont jamais sortis de la capitale ne peuvent pas imaginer l'atrocité des attaques», déplore-t-il. Face à la montée de l'insécurité, Aziz privilégie la candidature d'Eddie Komboïgo : «L'approche de Kaboré ne nous mènera nulle part. Eddie, lui, a compris qu'il fallait miser sur le dialogue».

Dimanche, alors que les électeurs de la capitale se pressaient devant les urnes, dans les régions les plus durement touchées par l'insécurité, voter constituait un défi de taille pour de nombreux électeurs. Selon Mariama Dicko, candidate aux législatives pour l'opposition à Djibo, plus de 1300 bureaux de votes dans quinze communes à travers le pays n'auraient pas ouvert par crainte des violences.

Certains plaident pour un retour au pouvoir de Compaoré, et ce malgré l'injustice et la corruption durant ses mandats successifs. «Si Blaise s'était présenté aujourd'hui, j'aurais voté pour lui, résume Alidou, 55 ans à la barbe poivre et sel. Depuis que Compaoré est parti, tous les candidats aux législatives et aux présidentielles nous ont promis de faire des miracles. Mais lequel d'entre eux prendra vraiment ses responsabilités et viendra nous aider ? interroge-t-il avant de conclure. En Europe, quand vos candidats font campagne sur un programme, ils le respectent s'ils sont élus. Au Burkina, c'est une autre affaire. Mais nous ne pouvons pas nous résigner : si l'on ne vote pas, rien ne changera.»

22. marraskuuta 2020 22:36:49 Categories: Liberation

ShareButton
ShareButton
ShareButton
  • RSS
Suomi sisu kantaa
NorpaNet Beta 1.1.0.41819 - Firebird 3.0 WI-V6.3.6.33265

TetraSys Oy.

TetraSys Oy.