RTBF

Photo réalisée par la Défense française le jour des frappes aériennes occidentales.
Photo réalisée par la Défense française le jour des frappes aériennes occidentales. - © HANDOUT - AFP

Les médias d'Etat syriens se sont rétractés mardi, évoquant une "fausse alerte" après avoir annoncé dans la nuit que la défense aérienne syrienne avait abattu des missiles au-dessus de la province centrale de Homs.

"Une fausse alerte concernant une violation de l'espace aérien durant la nuit a entraîné le déclenchement des sirènes de la défense aérienne", reconnaît l'agence officielle Sana, citant une source militaire. "Il n'y a pas eu d'attaque extérieure sur la Syrie", précise-t-elle.

Cette "fausse alerte" intervient dans un contexte tendu, trois jours après les frappes aériennes des Etats-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne contre des sites militaires du pouvoir de Bachar al-Assad, menées en représailles à une attaque chimique présumée qui a touché le 7 avril la ville alors rebelle de Douma, dans la Ghouta orientale.

Interrogé par l'AFP dans la nuit, un porte-parole de l'armée israélienne avait déclaré ne pas être "au courant d'un tel incident". Le Pentagone avait également démenti toute implication des Etats-Unis et de leurs alliés.

Retard de la Russie

Quelques jours avant les frappes occidentales, des tirs de missiles avaient visé le 9 avril une base militaire dans la province de Homs. Cette attaque avait été imputée à Israël par le régime et ses alliés indéfectibles, l'Iran et la Russie.

La Russie a affirmé lundi que leur entrée avait été retardée en raison de "problèmes de sécurité", notamment en raison des routes devant être déminées. Elle a ensuite assuré que leur arrivée était prévue mercredi.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l'essentiel de l'actualité.

OK
17. huhtikuuta 2018 16:11:15 Categories: - info - monde RTBF

ShareButton
ShareButton
ShareButton
  • RSS
Suomi sisu kantaa
NorpaNet Alpha 1.0.44.37810 - Firebird 3.0 WI-V6.3.4.32939

TetraSys Oy.

TetraSys Oy.